43
Par fermelà - / vendredi 8 février 2019 09:30 / France - Chauray
Ajouter un commentaire
Vous devez etre inscrit afin de commenter
Créer mon compte Identifiez-vous
Top commentaires
Par  Epitome  |  19

Slyfried, la misophonie peut provoquer des réactions émotionnelles disproportionnées. Tu peux expliquer calmement à la personne ton problème. Ou provoque ton propre son énervant pour te focaliser uniquement sur celui-ci.

Commentaires
Répondre
  Epitome  |  19

Slyfried, la misophonie peut provoquer des réactions émotionnelles disproportionnées. Tu peux expliquer calmement à la personne ton problème. Ou provoque ton propre son énervant pour te focaliser uniquement sur celui-ci.

Répondre
  Windhorn  |  20

GrrendeL, c'est quoi ton problème à chercher constamment la merde ? Tu peux nous lâcher deux minutes ?

Répondre
  chapelle16  |  56

Epitome, souvent quand on souffre de misophonie comme Slyfried (Et moi-même d'ailleurs ), on mange en faisant le moins de bruit possible, et il n'est pas sûr que notre propre "bruit énervant " ne nous indispose pas autant que celui du voisin. D'autre part, dans ce cas, le bruit s'associe à la vue désagréable de quelqu'un qui mange bouche ouverte. Personnellement je trouve ça incorrect et ignoble, je serais probablement partie aussi.

Répondre
  Grain de Poivre  |  18

Nous attendons de voir si Capitaine Adblock et Kaa04 vont venir faire la morale à GrrendeL et lui dire de ne plus venir ici. Comment ? C'est un copain. Ils ne vont rien dire.

Répondre
  Epitome  |  19

chapelle16, les personnes qui souffrent de misophonie se sentent souvent mises à l'écart et mal compris. Quitter la pièce d'une façon théâtrale et dramatique est une solution qui n'en est pas une. Aujourd'hui, la meilleure solution que nous connaissons, est de vaincre le mal par le mal. Il faut s'habituer aux sons déclencheurs de l'agacement. Provoquer son propre son énervant; taper du doigt sur la table (par exemple), peut-être une solution temporaire mais qui s'inscrit dans un travail sur le long terme.

Répondre
  Kaa04  |  45

Epitome, je suis pas sûr d’avoir compris. Qui souffre de misophonie? Celui qui fait un bruit de pataugeoire quand il mange ou celui qui ne supporte pas ça?
Parce que mettre de côté un type qui te dégoûterais presque de manger je comprends mais quelqu’un qui ne supporte pas les bruits de bouche ça me parait étrange vu qu’une majorité de gens mangent poliement et proprement non?

Répondre
  Epitome  |  19

La misophonie est un trouble psychique caractérisé par une aversion à certains sons produits par un autre individu.
Tout le monde fait du bruit en mangeant. Plus ou moins forts. Mais chez le misophone, les sons impliqués dans sa misophonie ont le point commun d’être répétitifs avec un ressenti exagérément bruyant, « provoquant une réaction aversive immédiate avec une anxiété, une colère et un sentiment de dégoût important, accompagnés d’une envie impulsive de faire cesser ce bruit de manière immédiate afin de soulager ses symptômes ».

Répondre
  CaviaAperea  |  33

Ce sont de bonnes astuces que tu donnes, Epitome. Le souci c'est que certaines personnes souffrant de misophonie souffrent également d'une hyperacousie et ça peut vraiment compliquer les choses.

Répondre
  Epitome  |  19

Certaines personnes. Très peu. L'hyperacousie s'apparente à la misophonie, mais la principale caractéristique de l'hyperacousie est un son perçu anormalement bruyant et physiquement douloureux.
Avoir les deux est possible. Mais il ne faut pas s'imaginer avoir un problème auditif rare alors qu'il est fort probable de n'avoir qu'une simple intolérance.

Répondre
  MadameDodue  |  57

C'est l'avantage d'avoir des acouphènes, il suffit de se concentrer dessus pour ne plus se focaliser sur un autre son. Par contre comme dit Chapelle, il y a aussi le problème de la vue, et à part ne pas lever le nez de son assiette, il n'y a pas grand chose à faire. Du coup tu te retrouves à t'enfermer complètement dans une bulle pour pouvoir manger tranquille, alors qu'à la base, le problème vient du manque de savoir-vivre de quelqu'un d'autre. Sinon quitte à passer pour quelqu'un de peu sociable, il y a l'option "b*rdel, t'as été éduqué(e) chez les gorets?" qui est très efficace.

Répondre
  chapelle16  |  56

Ce sont de bonnes astuces epitome, ceci dit tout dépend du seuil de tolérance de chacun, et ça ne résoud pas le mâchage bouche ouverte, qui semble être le vrai problème de cette vdm.

Répondre
  CaviaAperea  |  33

Madame Dodue : oui exact pour les acouphènes ! Hélas, lorsqu'il y a un déficit d'inhibition latente, c'est la catastrophe. Je ne savais pas que l'hyperacousie était rare, je ne connais pas les chiffres. Disons que dans pas mal de cas on peut agir sur la misophonie mais que, selon les spécificités, on ne peut pas toujours autant la "résoudre" (ou bien, version optimiste : elle est bien plus complexe à prendre en charge).

Répondre
  Le méchant  |  17

Ce sujet sur les convenances est amusant. En asie siphonner ses pâtes (faire du bruit) est un signe de politesse.
Les inuits n'hésitent pas à péter pour exprimer le fait qu'ils aient apprécier la nourriture. Outre la maladie, qui se comprends, je vous vois bien paniquer et hurlant vos petites esbroufes ridicules devant eux.

Répondre
  CaviaAperea  |  33

Intéressant, je ne savais pas pour les Inuits.
Personnellement si c'est une personne que j'apprécie je lui demande si on peut faire autrement mais je ne me dis pas qu'elle a été mal élevée, je cherche juste à ce que chacun puisse rester lui-même tout en voyant si des compromis peuvent être faits par les deux partis ou non. Si c'est quelqu'un avec lequel je n'ai aucun lien je me lève tranquillement et je pars ailleurs, il n'y a pas de sautes d'humeur ou que sais-je. Si la personne demande pourquoi je lui explique mais je lui précise au moins une fois que ce n'est pas de sa faute et que j'essaie juste de faire en sorte que chacun ne nuise pas à l'autre même sans le vouloir.

Répondre
  Le méchant  |  17

Ce sont les plus gênés qui s’en vont. Et demander poliment à quelqu'un d'arrêter est un signe de politesse.
Et toute les éducations sont différentes. Chez moi, si on t'invite à boire le thé, c'est un véritable repas. Tu refuses de manger, on peut être vexé.
On ne dit pas bonjour avec un large sourire a des inconnus. C'est considéré comme de l'hypocrisie.

Répondre
  CaviaAperea  |  33

Oui je suis tout à fait d'accord sur le fait que toutes les éducations sont différentes. Il n'y a pas d'universalité dans bien des détails sur le plan social. On peut être soi de prime abord puis on avance à tâtons face à ce nouvel individu, on intègre ce qui peut être mal pris ou non puis on affine notre comportement tout en restant soi. En fait, communiquer est une base tellement importante car cela permet de mieux cerner les autres et de pouvoir les respecter. C'est sûr que, dans le cas de la VDM, si l'auteur ne dit pas que les bruits l'incommodent, comment sa collègue peut-elle le deviner ?

Répondre

Bien que je trouve ça dégueulasse de manger la bouche ouverte, je suis obligé d’être d’accord avec le méchant. L’étiquette n’est en réalité qu’un simple marqueur culturel associé à un point géographique précis . Ce qui est dégoûtant ici peut-être une marque de respect ailleurs. Si il est de bon ton de respecter les bonnes manières, ne le serait-il pas autant de respecter ceux qui, inconsciemment les ignorent?. Est-il bien sage de demander au monde de respecter NOTRE sens du protocole?. D’ailleurs si nous étions tous des “ Nadine De Rotchild” l’étiquette serait parfaitement inutile. Elle n’existe, que pour indiquer sa présence à ceux qui l’ignorent. J’ajoute qu’il est intéressant de constater que pour la majorité des gens, le respect doit d’abord venir d’en face.

Répondre

Je réponds brièvement et à l'emporte-pièce à vos propos Scott du Canada, « NOTRE sens du protocole ».
La politesse (et le savoir-vivre) en France est intiment liée avec votre Histoire récente : 1789. L'attaque violente contre les privilèges et la société d'ordres on fait disparaître aussi les vieilles civilités de l'Aristocratie. Et après ce bouleversement révolutionnaire et l'Empire, le XIXe siècle appartient au mode de vie bourgeois qui impose un code rigide et strict des relations sociales.
Dans cette nouvelle société française, on s'efforce de passer de la campagne à la ville. La pratique des bonnes manières est le passeport, le moyen de s'élever et de se distinguer du monde rural : « Le grand seigneur d'avant 1789 n'avait pas à être poli pour se sentir supérieur, tandis que le tout petit bourgeois orléaniste en à le besoin impérieux ». Il en a besoin car c'est le signe visible de son statut. Et ces règles sont encore sous-jacentes dans votre approche de la vie quotidienne et publique.

Répondre
  Scemo  |  7

on ait pas l'école ici, vdm s'est un site léger et satirique pour se marer. Nous on veux rire. Hermeche12 et mais compains comme grendel et mrdusse on en a mare de voir ca. Diserter aileur nous on veu rire cacahuete pirouette sans devoir aprendre et ce rendre la tete. baré vs !

Répondre

Lorsque vous lisez un de mes commentaires, imaginez-moi affublé d'un chapeau haute-forme, d'un monocle, d'une fausse moustache et glissant sur une peau de banane. Le comique de situation peut vous aider à apprécier mes commentaires.

Répondre

Enfant on m’a appris pour ne pas être impressionné par quelqu’un quand on le regarde de l’imaginer aux toilettes ...
Mais maintenant avec ce que tu viens de dire je vais avoir de la peine à me concentrer sur tes commentaires ... 🤣

Répondre
  OzoneGrif  |  27

La misophonie et l'hyperacoustie n'ont rien à voir. Ce sont deux maladies très différentes. Je suis misophone, et globalement, à part quelques cas particuliers, j'arrive à vivre normalement. J'ai un ami qui a de l'hyperacoustie, et il le vit très mal au quotidien, au point qu'il ne peut plus sortir de chez lui. Quitte à choisir, je préfère être misophone.

Quelques exemples de misophonie qui me sont arrivés personnellement: Je me promenais dans le métro parisien, quand d'un coup juste à côté de moi un musicien s'est mis à souffler violemment dans sa trompette. Le bruit m'a fait comme un choc au point que je suis tombé par terre, perdant complètement le contrôle de mes muscles. Autre exemple, le collègue qui remue les jambes en permanence, avec le son du frottement de son pantalon, ça m'enrage en quelques minutes. J'ai passé deux ans avec une personne qui faisait ça tous les jours et continuait même quand je lui demandais d'arrêter, contrairement à ce que dis Epitome, on ne s'y habitue pas, ça ne part pas. Dernier exemple, j'étais en train de parler à quelqu'un quand un collègue s'approche et se met de "taper des doigts" sur le bureau en attendant. En moins de deux secondes j'ai senti une véritable rage montée, incontrôlable, je lui ai violemment attrapé la main pour qu'il arrête, je tremblais de rage quand je lui ai dit "Arrête ça tout de suite". C'est vite redescendu, mais voilà, c'est ça la misophonie.

Pour la VDM, ce n'est pas forcément de la misophonie. Il y a aussi le côté vulgaire et répugnant de ce spectacle. Un beau cumul quoi.

Chargement…